• L'islam est à la fois un système politique et social, et une religion monothéiste fondée sur le Coran révélé au prophète Muhammad (sws) par l’ange Gabriel (as). Avec le judaïsme et le christianisme, il représente le troisième grand courant de la famille des religions abrahamiques. Et avec les esséniens et les nestoriens, jugés hérétiques par la majorité des juifs et des chrétiens, les musulmans possèdent un grand nombre d’éléments et de points en commun.

     

    L’islam est une révélation divine qui implique la croyance en un Seul et Unique Dieu, et en la mission de Son Messager : Muhammad (sws) qu’Il a désigné pour transmettre Son message [Coran] à l’ensemble des humains vivant sur terre. Il est un culte qui relie l’Homme à Dieu et qui exige sa soumission et son abandon à la volonté divine.

     

    L’islam est une lumière divine qui mène les humains au chemin du bonheur et de l’ascension humanitaire et qui prône et appelle les Hommes à : la paix et l’amour universelle, la charité et la fraternité humanitaire, la liberté individuelle et la justice sociale sans distinction ethnique, raciale, physiologique, ou socioprofessionnelle. Idéologiquement, il se situe au milieu des croyances idéologiques qui avancent que le royaume des Hommes est juste dans ce bas-monde et celles qui avancent qu’il est exclusivement dans l’autre-monde. La prospérité matérielle est à souhaiter et à rechercher sans qu’elle fasse oublier à l’Homme, le reste de ses devoirs religieux. Le musulman doit œuvrer pour sa vie-future comme s’il mourra demain, et œuvrer pour sa vie-présente comme s’il vivra éternellement.

     

    L’islam est un mode de vie qui ne se limite pas à des actes d'adoration [prière, zakat, jeûne, pèlerinage]. Il est un système complet et une organisation qui gère les relations entre : le musulman et Son Créateur, le musulman et son frère musulman, le musulman et les gens du Livre, le musulman et l'hypocrite, le musulman et le non-croyant. Il est un système : politique qui encadre les orientations de l'Etat, économique qui encourage la production et organise les relations commerciales, juridique qui lutte contre toutes les sortes d'injustice, coopératiste qui encourage les partenariats et la solidarité sociale, libéral qui promeut l’investissement et ouvre les portes de l'imagination, de la création et de l'innovation pour produire tout ce qui rendra service à l'humanité et favorise l’ascension humanitaire tout en restant dans le cadre du respect des normes islamiques.

     

    L’islam est une religion qui érige la liberté individuelle, et qui encadre l’autonomie et la libre initiative des individus dans l’organisation de leur propre existence. Il est un système qui harmonise les différentes actions des membres de la nation et éloigne le spectre de la « loi de la jungle » qui règne la communauté lorsque chacun est libre d’agir à sa guise. Ce mode de vie dénonce l’esclavage de l’Homme par l’Homme et le favoritisme judiciaire. Il proclame l’égalité devant la Loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de statut socioprofessionnel, de race, de sexe ou de religion. Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les citoyens sont tous libres et responsables des affaires de la nation : ils décident eux-mêmes de leurs actions collectives et ont une marge de liberté pour ouvrir des projets personnels.

     

    L’islam est un mode de vie qui encourage l’apprentissage des sciences, le travail, l’effort, et l’initiative pour provoquer une relance des activités socioéconomiques et favoriser le progrès de la nation et l’ascension humanitaire. Il est un système qui sollicite l’investissement et l’innovation, facilite les échanges commerciaux, assure et respecte un certain nombre de libertés économiques [liberté de la propriété privée, libre concurrence, liberté du travail]. Il suffit que chacun poursuive son activité en respectant la Loi pour que l’harmonie humanitaire se réalise.

     

    L’islam est une religion qui fait appel à l'amour, la paix, la fraternité, et la solidarité entre toutes les composantes de la société. Ses lois divines dénoncent toutes sortes de terreur et de violence, et interdisent le barbarisme, les violences gratuites, et les agressions injustes. Les enseignements de l’islam commandent aux musulmans de traiter justement et gentiment les non-musulmans et de pousser leur mal par le bien, et ils n’autorisent l'utilisation de la force que pour des fins défensives avec prise en considération la préservation des âmes des innocents.

     

    L'islam est une doctrine qui dénonce et interdit toutes sortes de contraintes religieuses. L'Homme est libre de son choix : il a le droit d'accepter l'islam comme religion et croyance, comme il a tout le droit de le refuser ou d’apostasier. La mécréance et l’apostasie sont des pêchés, mais pas des crimes sanctionnés par la Loi. Inviter les gens à suivre les préceptes moraux de l'islam est une obligation pour chaque musulman, mais avec prise en considération qu'il est strictement interdit de forcer les gens à croire à la religion ou à la pratiquer. La contrainte religieuse va à l'encontre de l'esprit et l'essence de l'islam. La foi et le culte doivent être embrassés avec la volonté et la conscience libres. Ils n'ont une valeur que lorsqu'ils visent le contentement de Dieu et l'obtention de Son agrément.

     

    L'islam, c'est l'amour de la sagesse. Il est une religion qui appelle ses adeptes à la recherche de la sagesse en faisant un effort de réflexion sur le monde. Ce système encourage la raison, considérée comme capacité individuelle de jugement qui aide l'Homme dans sa recherche d'une conception rationnelle de l'univers. Il ordonne à l'Homme de méditer sur l'univers en utilisant sa raison à la fois comme outil de réflexion et comme conscience de son indépendance.

     

    La raison n'était jamais un outil commode permettant à l'Homme d'appréhender suffisamment le monde. Elle est un moyen impuissant à lui offrir une explication suffisante de l'univers. L'esprit humain peut cogiter d’une manière saine et arriver aux bonnes conclusions et aux meilleures décisions comme il peut raisonner d’une fausse manière et en tirer les déductions erronées et les mauvaises résolutions. Conscient que l'imperfection est humaine et que nul n'est à l'abri de l'erreur inclus les grands-esprits qui ont rayonné le monde par leurs lumières, Dieu a envoyé à l'Homme le Coran qui est une sorte de Guide qui va lui acheminer vers le chemin des Lumières, un Livre qui présente à l'Homme la réponse à son interrogation sur le pourquoi de l'univers, un Guide qui oriente l'activité de l'Homme et qui lui aide à se gouverner pour mieux gouverner le monde.

     

    Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Le Coran, c'est le noyau de la conscience de l'esprit musulman qui encadre son amour de la sagesse et sa recherche de la science afin qu'ils ne soient pas nuisibles à la planète et l'espèce humaine. Ses règles définissent des libertés, mais imposent aussi des contraintes. Elles autorisent et protègent la liberté individuelle et la propriété privée, limitent la jouissance afin qu’elle ne soit pas nuisible à l’intérêt commun, montrent ce qu'il est sage de prescrire ou d'interdire, harmonisent les différentes actions des membres de la nation, et éloignent le spectre de la « Loi de la jungle » qui règne la communauté et qui détruit la planète et l'espèce humaine lorsque chacun est libre d’agir à sa guise.

     

    Qui sème le vent, récolte la tempête. L'islam ne nous empêche pas de raisonner et de moderniser nos instituts et nos technologies. L'islam nous ordonne juste de penser et d'agir tout en restant dans le cadre du respect de la fontaine de la conscience islamique « Coran » afin de contribuer à la construction de notre monde et d'éviter le mal qui va mener à sa destruction.

     

    Le Messager d’Allah (sws) dit dans une de ses prophéties : « Vous suivrez certes à la trace les voies de gens de Livre qui vous ont précédé. Vous les suivrez empan par empan, et coudée par coudée, au point où même s’ils entraient dans le repaire d’un lézard vous y entreriez ». Dans un autre hadith prophétique, il dit : « Il y aura après moi des imams, qui ne guideront pas d’après ma guidé, ils n’établiront pas d’après ma Sunna, il y aura parmi eux des hommes aux cœurs de démons dans un corps d’homme ».

     

    Comme c’était le cas pour le reste des religions monothéistes qui ont devancé l’islam, la société islamique évolue d’une perfection originelle à une décadence inéluctable. Elle évolue d’un système qui assure la sérénité et le bonheur humanitaires à une société fondée sur un ensemble des idéologies [machisme, charlatanisme, ignorantisme, totalitarisme, barbarisme, esclavagisme, colonialisme, impérialisme] qui représentent un danger au progrès et la stabilité du monde. Elle évolue d’un monde basé sur une pensée monothéiste tournée vers la sacralisation de Dieu à un autre monde fondé sur une doctrine polythéiste tournée vers la sacralisation de la Trinité : Dieu, Messager, Saint-Esprit [Alias les esprits infaillibles : imams, cheikhs, savants]. Elle évolue d’une société basée sur une religion divine qui unit les musulmans autour du Coran à une autre société fondée sur un ensemble de sectes et de courants qui divisent la nation et déclenchent des guerres sempiternelles entre des musulmans censés être « frères ».

     

    La nation ne prend de l’islam que son nom « les enseignements de l’islam se situent à l’est, et les pratiques de la nation se situent à l’ouest ». Elle abandonne l’apprentissage des sciences islamiques et l’étude du Coran. Elle prend le Livre Saint comme un objet qui ne sert qu’à la décoration des chambres et des meubles. Elle transgresse les normes islamiques, abandonne les valeurs et les pratiques de l’islam, et commence à agir avec la mentalité de l’incroyance et de la déviance. Elle sème le vent, et elle finit par récolter la tempête et les fruits amers de ses mauvais actes.

     

    Le rejet de l'apprentissage du Coran et l'extraction de ses sagesses, ses sciences, ses lois conduit la nation vers les voies de l'ignorance et l'égarement, et laisse le champ vide et libre aux charlatans et aux hypocrites pour s'emparer du pouvoir et acheminer le peuple ignare qui les suit aveuglement & bêtement vers la division et la destruction. La nation, qui a produit des lumières qui ont éclairé le monde par leurs œuvres scientifiques et philosophiques, se transforme à un ensemble des usines spécialisées dans la fabrication des exorcistes, des sorciers, et des cheikhs obscurantistes qui abrutissent les esprits avec leur charlatanisme et leurs pensées arriérées, et des terroristes et des bombes humaines qui détruisent le monde avec leur terrorisme et qui salissent la noblesse de l’islam et l’image du meilleur homme qu’a connu l’histoire humaine (sws) avec leurs crimes contre l’humanité. Le peuple savant et lucide se transforme en analphabète hébété qui abjure le centrisme et la modération pour adopter un mode de vie ténébreux basé sur l’ascétisme, le monachisme, et l’ignorantisme qui éteignent la Lumière de l’islam, tuent le modernisme, et stagnent l’évolutionnisme de la pensée politique et des structures culturelles et socioéconomiques.

     

    Le système, qui a aboli les inégalités humaines et a conduit ses adeptes à une nation sans classes, se transforme à un ensemble des nations sectaires fondées sur la suprématie des cheikhs du sectarisme et des groupes qui détiennent les rênes du pouvoir. La légitimité légale fondée sur des lois et des règlements qui s’appliquent à tous les citoyens de la même façon, et la rationalité orientée par les valeurs divines vers la réalisation des progrès humanitaires, deviennent pratiquement absentes, ce qui conduit au déclin du solidarisme et la montée de l’individualisme qui achoppe l’ascension de la communauté et achemine la nation vers sa ruine. La classe dirigeante [Les gouverneurs et leurs cheikhs] ne jugent pas selon les lois divines et ne décident pas en fonction de l’intérêt général du peuple, mais en fonction de leurs intérêts propres et les intérêts de la classe dominante. L’injustice règne les rapports sociaux entre : le gouverneur et ses sujets, l’homme et sa femme, les parents et leurs enfants, ainsi que les relations étrangères et les affaires économiques, politiques, et sécuritaires. L’atmosphère devient anomique, le système devient anarchique, la nation va de tremblement au tremblement, ce qui sclérose toute possibilité de développement et de progrès, et favorise l’obscurantisme, l’ignorance, et le retard culturel.

     

    Dieu, le Tout Puissant, dit dans Son Saint Livre : {103. Et cramponnez-vous tous ensemble au câble de Dieu et ne soyez pas divisés} Sourate 3 : La famille d'Imran (Al-Imran). Dans un autre passage coranique, Il dit : {46. Et obéissez à Dieu et à Son messager ; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Dieu est avec les endurants} Sourate 8 : Le butin (Al-Anfal).

     

    Le sectarisme religieux est un virus qui rétrograde l’évolution des musulmans et pousse le monde de l’islam vers son anéantissement. Il est une bombe idéologique qui a causé la destruction de la nation de l’islam et le retard de sa civilisation. La force de la nation de l’islam est dans son union : Dieu n’a mis aucun bien dans la division de la nation et n’a mis aucun mal dans l’union musulmane. La désunion a rendu la nation de l’islam une communauté très faible qui va de mal en mal. La nation de l’islam vit aujourd’hui dans un état d’urgence catastrophique sur tous les plans : culturel, politique, et socioéconomique. La terre tremble sous les pieds des musulmans, et seulement par leur union qu’ils pourront tenir fermes.

     

    L’union musulmane est la solution des problèmes de la nation de l’islam ; le jour où elle sera concrétisée, tout le reste sera remis à sa place. Et pour cela, la nation de l'islam a intérêt à s’unir une nouvelle fois autour du Coran et apprendre à dire son mot en cas de désaccord sur les questions politiques et religieuses à travers la consultation et le scrutin/vote.  


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique